G.L. Pease - Six Pence

G.L. Pease - Six Pence

Avant toute chose, je tiens à préciser que j'ai encore du mal à nommer les saveurs que je fume, ma revue est donc plus technique que lyrique, qu'on se le dise !

Sixpense de JL.Pease, un « Virginia / Perique » avec des arômes d'alcool et de liqueur nous dit Tobacco Review.
J’avoue que c’est un peu pour ça que je voulais le tester car selon les propos de Mister Pease himself, ses toppings sont légers et contribuent aux accords des blends les embarquant sans verser dans l’excès…
Ensuite l’autre raison majeure est que je n’arrive pas à dompter les 2 blends de Pease présents dans mon tiroir, à savoir le « Triple Play » et le « Jackknife ». En effet, à chaque dégustation, je me retrouve confronté à de l’humidité excessive en fin de bol qui gâche tout le plaisir des débuts de fumage… Serais-je allergique au bonhomme ?

Du coup, ce n’est plus une dégustation mais une étude de cas « Pease » pour moi ! J’enfile ma blouse blanche et me voilà donc parti…

Le tabac tout d’abord, se présente sous forme de « broken flake » fauves avec effectivement une odeur de liqueur assez présente. L’émiétage est simple et il n’y a pas trop de différence dans les textures des différents tabacs. C’est assez homogène.

Le bourrage est du coup assez facile et sur la fin de l’échantillon je le préfère un peu serré.

Homogène est le mot qui revient également dans mon esprit lorsque je repense au fumage : Régulier, sans problème et ce jusqu'à la fin du bol. Pas d'humidité en fin de bol et là ça me rassure ! Je ne suis donc pas allergique au Pease ! (Alléluia !) Je dois pouvoir arriver à dompter les plugs du Monsieur en jouant avec les coupes et le séchage !

Niveau gustatif c'est bon, plutôt moyen en force et en nicotine mais suffisant à mon gout. Pour ce qui est de l’aromatisation, sur ce blend en tout cas, Mister Pease n’a pas mentit c’est assez transparent.

Pour résumer mon avis, c'est un bon tabac et je l’ai apprécié de plus en plus au fil des fumages, la dernière pipée m'est apparue plus complexe et savoureuse que les précédentes... Peut-être le fait d'avoir moins inhalé ou que le tabac ait été plus sec... (make your choice !) (higgins)

Visuellement, ce tabac offre une présentation sobre sur des tons bruns tirant sur l’ocre. Il s’agit de broken flakes- une première pour moi -et je ne boude pas mon plaisir, car au toucher le Six Pence est très agréable à manipuler, on dirait un feuilletage de millefeuille (le gâteau de mon enfance).
Légèrement secs, les brins de tabac s’effritent aisément, quoiqu’on puisse les enfourner tels quels dans sa pipe, la fumée y gagnant en consistance et en gourmandise.

D’emblée, à cru, le Six Pence offre un festival de senteurs : au nez je perçois de la racine de gentiane, des confiseries à l’amande (massepain), des notes de liqueurs (allez, je me mouille) au kirsch ou à l’amaretto -mais ce n’est sans doute pas cela !-, de salaisons fumées (speck et poitrine), mais aussi plus terriennes de betterave cuite au feu de bois. S’y ajoutent des notes moins flatteuses de cordonnerie (cuir et colle), voire de garage (huile de moteur, pétrole).

A l’allumage, l’attaque est moelleuse (donc légèrement sucrée) sur la noix de pécan et l’amande grillées, la liqueur de noisettes. Je ressens beaucoup de douceur et d’harmonie dans cette entrée en matière qui fait songer à de généreux virginia gorgés de soleil et de sucre, et m’évoquent un bon panettone. La combustion étant aisée et régulière, je perçois des touches finement amères ainsi que du cuir, qui me font penser que le kentucky et le perique rentrent en scène. Ce premier tiers est synonyme pour moi d’apaisement et ce tabac- un modèle de douceur- me transporte dans un club anglais avec ses fauteuils en cuir.
A la fin du premier tiers, la fumée prend gentiment du corps et se développe sur des notes de gâteau aux noix et de raisin moscatel (du Chili) que j’attribue au perique, mais aussi des touches plus fumées (de châtaignes grillées) sans doute apportées par le dark fired kentucky.

A mi-pipe, de petites bouffées distillent une fumée douce et sucrée, qui me font penser à de l’amaretto, à du kirsch, voire à du marsala (je cherche, je tâtonne toujours !), en cohérence avec les parfums ressentis à cru. Ce qui est remarquable pour moi, c’est qu’en dépit de ces accents de liqueurs (que je n’apprécie guère d’habitude), la fumée n’est jamais lourde mais au contraire toujours équilibrée par le mariage très harmonieux de tabacs qui composent ce blend. Une fine amertume et des épices délicates jouent le contrepoint avec la rondeur des virginia.

Le dark fired semble se faire plus présent dans le dernier tiers avec des saveurs qui m’évoquent un peu le cigare (touches fumées et terreuses), les rhizomes (gingembre confit) avec une finale plutôt charnue et gourmande sur le sirop d’érable.

Une des qualités de cet assemblage est qu’il offre un tabac -en apparence- simple, qui pourrait faire office de blend du quotidien, mais aussi suffisamment de complexité pour inviter à plus de contemplation.
Je conviens que mon manque d’expérience de la dégustation de tabac peut me rendre nettement plus « bon public » que la plupart d’entre vous. Mais j’avoue avoir été favorablement impressionné par ce tabac.
Le seul point qui me ferait formuler une petite critique vis-à-vis de ce mélange, est celui de sa linéarité. Les saveurs, tout au long de la combustion, ne se départissent guère de l’univers pâtissier décrit ci-dessus. On n’assiste pas à un feu d’artifices de saveurs mais au contraire à une cohérence remarquable de goûts de fruits secs (amande, noix) très agréables, mais assez peu variés.
Pour moi, il s’agit d’un blend généreux et facile à fumer, car peu chargé en nicotine. Mon meilleur compliment : Il m’a fait rentrer par la grande porte, dans l’univers des grands tabacs. C’est peu dire ! (Skiff)

Ce tabac est un joli broken flake brun-roux. Rien de bien particulier dans son aspect, il ressemble à beaucoup d'autres flake, mais ça reste très beau.

C'est à l'ouverture du sachet qu'arrive la vraie surprise, son odeur. Elle me saute littéralement au nez, c'est prenant, doux, acide et salin en même temps. Pour moi, pas l'ombre d'une hésitation il s'agît de sauce soja de type Kykoman. L'identification est tellement marquante que je ne parviens plus à discerner la moindre autre note olfactive. Il faudra que j'y revienne à plusieurs fois pour y discerner quelques notes forestières, un peu de cuir, du vin oxydé.

Le tabac est très facile à manipuler et à bourrer. Pour un broken flake, je trouve sa combustion très facile et régulière.

En bouche, je trouve ce tabac très homogène, les goûts forment un tout cohérent ou rien ne ressort en particulier. Bien sûr, on y reconnait la base Va, et on devine bien qu'elle n'est pas seule. Je dois dire que je ne reconnais pas particulièrement un périque très typique. Il y a quelque chose d'original, de différent. Probablement la fameuse liqueur.
La fumée est ronde, relativement crémeuse, roborative et moyennement riche en nicotine. Je dois dire que je suis surpris de ces caractères qui pour moi sont signe d'une certaine maturité du tabac, ce qui n'est pas une habitude pour le Va de chez Pease, qui trahissent habituellement leur jeunesse quand on ouvre la boite dès son arrivée. Pas ici, a mon avis le tabac est prêt et accompli.

C'est un tabac clairement original, même si je ne parviens pas à décrire son goût, il est évident pour moi qu'il est différent de tout ce que j'ai gouté jusqu'ici. On est bien dans la famille des VaPer, mais plus rond avec ce goût de sauce soja...

Je le trouve plaisant, j'aurai plaisir à en refumer de temps en temps, pour changer. (François C)

A cru :
La première odeur qui arrive est composée d'alcool, de vinaigre, de céréales (ça me fait penser au fourrage pour les bêtes) et d'une touche fumée, en reniflant tranquillement, arrivent des notes de fruits (agrumes ou fruits rouges ? raisin sec), de cuir, de bois, de viande (?), d'épices
C'est un mélange assez profond et original, à la fois rond, acide (vinaigré) et profond.
Il me donne l'eau à la bouche !

Au fumage :
A l'allumage : humm miam, miam ! des céréales, du terreux, du corps, du fumé, de la viande sèche ? du boisé, du cuir, c'est très agréable, vinaigré et sucré. Il est goutu, rond, il a du corps, il piquotte un peu la langue, il est puissant au nez (perique + dark fired kentucky).
L'interaction entre les divers tabacs est très agréable, chacun donne des arômes qui s'alterne.
Sur la fin (dernier tiers), il devient plus simple, essentiellement sur le terreux et le cendré, et surtout la fumée me semble devenir assez puissante/forte.

Conclusion :
Un tabac à la fois simple et complexe, puissant et délicat, avec de beaux arômes à découvrir, très agréable !
Le perique semble présent en assez grande quantité, et l'ajout du dark fired kentucky confère à ce VaPer une touche très originale.
Un VaPer rond et puissant, aux bons arômes de tabac, plus dans la veine d'un C&D Bayou Morning Flake que d'un Dunhill De Luxe Navy Rolls.
Je ne sais pas quel alcool est utilisé, mais il ne cache absolument pas les arômes des tabacs présents, il semble les faire ressortir, lier les tabacs entre eux et arrondir les angles.

Voilà un tabac qui m'a procuré beaucoup de plaisir, et j'ai l'impression qu'il pourrait gagner à vieillir un peu plus, pour fondre plus les arômes, ajouter du crémeux et adoucir la touche puissante finale.

Un tabac dont j'aimerais bien mettre quelques boites de côtés ! (CharlesE)

A l'ouverture de la pochette, une forte odeur de vinaigre. Je referme et attendrai quelques jours.

Première pipe, j'ai pris un petit foyer, cela sent toujours le vinaigre mais en plus effacé. L'allumage se passe bien et un goût fortement épicé se fait sentir, pas de poivre mais plutôt du piment. En cours de fumage quelques apparitions de saveurs sucrées, je suppose que c'est le virginia qui donne cela.

Pour la 2ème j'ai pris un grand foyer, toujours le vinaigre au nez et à l'allumage des goûts toujours très épicés. La room note est relativement neutre, dixit Madame, pas de sucré cette fois ci. La fumée est fraîche et c'est très agréable. La vitamine N n'est pas très puissante et cela en fait un tabac de toute la journée.

En fait je suis très mitigé, ce tabac est agréable à fumer, mais il ne donne pas énormément d'arômes, et reste assez linéaire tout au long du fumage, je reste un peu sur ma faim. Dans le genre je préfère largement un Escudo. (Chicos)

A l'ouverture du sachet, il y a un nez de fruits, un peu vinaigré (avec un poil d'amertume ?), genre vinaigre de framboises mais en un peu plus sombre. Peut-être quelque chose de boisé aussi. C'est un joli broken flake, plutôt clair et assez sec.
Premier essai dans ma hawkbill Enrique réservée aux Va-Per. Fumée boisés/fruitée, légère, avec là aussi ce côté framboise. Elle devient vite plus sévère, puis se stabilise, et s'équilibre entre fuit et bois. Ça s'arrondit presque à mi-bol au moment où, pour cause de bourrage trop lâche, ça s'éteint. La seconde partie, après rallumage, garde cette pointe aigrelette qui dynamise un ensemble un peu creux. Le tabac manque un peu de caractère, mais garde une certaine fraôicheur.
Deuxième essai dans ma Pastuch à virginia. Démarrage léger, floral. Les fruits arrivent vite, encore de la framboise, avec un rien d'amertume et toujours cette note vinaigrée. La fumée se durcit en cours de fumage, et s'équilibre entre fruité et boisé, avec cette fois une nuance crémeuse, une certaine opulence qui fait disparaître la sensation creuse du premier essai.
Troisième essai das ma Genod à virginia. Entrée sur une sensation de poussiéreux/terreux, atténuée par la framboise. La fumée se fait vite plus sérieuse, avec une nuance réglissée, fumée, sombre, et une pointe de verdeur. Et elle tient là-dessus : réglissée, un peu anisée, un rien fumée, avec un peu de verdeur pour le contraste, sans que cela soit linéaire pour autant. C'est un joli tabac, sombre et équilibré par une pointe de vivacité. Confirmation avec un petit fond de sachet terminé à l'instant dans la PdG Ardor, elle aussi destinée aux virginia.
Sans doute, il faudrait continuer un peu, mais j'ai eu l'impression que ce tabac s'exprimait mieux dans les pipes à virginia, et était plus discret dans la pipe à Va-Per utilisée la première fois.
Au total donc, j'ai apprécié sa richesse et ses nuances, et j'en achèterai certainement pour poursuivre la découverte. (BrunoC)

Un beau broken flake avec des brins très clairs et très foncés. Belles couleurs. A l'odorat, il dégage une odeur fortement vinaigrée et légèrement poivrée.
Je prends une fleur Morel dédiée aux mélanges contenant du Kentucky et Périque, je bourre, j'allume.

Première impression : GRAN DIO comme c'est poivré et que ça me picote le nez. J'avoue que je suis allé un peu comme un aspirateur sur les premières bouffardes. Je tempère, je reprends et lentement j'essaie de discerner les goûts et tabacs. Une petite bombe de Périque sans doute ce mélange. Beaucoup de poivre, un peu de poivrons aussi, mais également une belle caresse des Virginias qui donnent une bouffée de délicatesse et de douceur.

Par contre, ce vilain picotement nasal continue, j'essaie de tempérer les bouffardes un peu plus, je ralentis encore, et là... plus de picotement et les arômes se développent encore plus. J'arrive à discerner le Kentucky qui soutient la rondeur. Puis je commence à ressentir le vrai mariage des arômes. Tout devient assez équilibré... Un mélange mi-fort que Pease dit l'avoir imbibé d'un alcool... Eh bien excusez-moi les chers confrères, je ne ressens que dalle. Mais il est vrai que c'est un tabac qui sort du commun, que j'apprécie, mais pas assez pour qu'il fasse partie de ma rotation. (JayBee)