Chansons

la Pipe

Jacques Martel
histoire berrichonne dite par l'Auteur
au "Lapin à Gill"
au "Caveau de la République"
et enregistrée sur disque "POLYDOR"


Les anciens qu’ataint d’humeur gaite
Il’ ont pas connu l’chemin de fer.
C’est dommag’, pasuq’à jorné’ faite,
Ca fait rie en pus qu’ça sang’ d’air.

Moi, pour la dernié’ foué’ d’Sancerre,
En r’venant, j’avais décidé
D’prendre l’tacot … ben, cré tonnerre !
C’atait plein là-d’dans, plein, bondé.

J’monte, anqu’ des enjambé’s d’cosaque,
Il’ taint ben, qui tendaint les pieds,
Quinz’ … coumm’ des harengs dans n’un caque,
Pis encô’, j’ compt’ pas les pagniers.

Vu que j’ sés pas d’promié’ jeunesse
Pis que j’ v’lais pas fé’ l’ trajet d’bout.
J’arrive à m’apouèser d’én fesse
Au long d’en’ grouss mé’ … Tout d’un coup,

Ca flûte … on part, à d’mi-vitesse …
A la prochain’ gâre où qu’ j’arr’tons,
L’monte én’ gent’ petit’ bougresse
Qu’atait ben sarvi’ coumm’ tétons …

-En Berry, parsonn’ cèd’ sa place –
All’ tait dressée au mitan d’nous …
Y’avait un soldat juste en face,
J’y dis « Prends-la don’ su’ tes g’noux ! »

Avant qu’il aye l’temps d’réponde,
Ma fumell’ qui s’inquiétait pas
Si ça fasait causotter l’ monde
A s’assiéz’ tanrquill’ment su’ l’ gâs …

J’avains fait p’t-ête un kilométe,
Quand j’ la vois, l’ derrié’ tormenté,
Mal campé’, charchant coumment s’ mette …
Pis v’là qu’a s’leuve … « En vérité !

J’sais pas c’ qu’ v’ avez qui m’ chicote,
Qu’a dit au soldat tout bêtiot,
J’ crès qu’ c’est dans vout’ poch’ de culotte,
C’est pus dur qu’un manch’ de coutiau … »

L’ gâs qu’atait pas fier de r’connaîte
C’ que tout l’ monde il avait d’viné,
I’ d’vint pus rouge qu’én’ guign … « C’est p’t-ête
Ma pip’ qu’a l’ grous bout mal torné … »

J’avais les g’noux cont’ la drôlesse,
J’y dis : « Siézev vous don’ là-d’ssus …
Point d’ danger qu’ ma pipe vous blesse,
Moi, ça fait dix ans que j’ fum’ pus ! »