USA

BOSTON

L.J. Peretti

2 1/2 Park Square
Boston, MA 02116
617.482.0218 ou 800.7979.LJP

De retour d'une petite dizaine de jours à Boston, pour accompagner mon épouse qui causait dans un colloque au MIT (notre fille était aussi du voyage, quand la destination est un peu lointaine, elle est beaucoup moins réticente à accompagner ses vieux parents), j'ai ramené comme demandé quelques images de chez Peretti.
Côté tabacs, j'avais préparé ma liste de courses, en regardant ici, et sur le site de la maison. Résultat, pour rester dans les limites légales, du Tashkent, du Royal, et des mélanges avec Burley : 52 et 333. Pas de contrôle à la douane, j'aurais sans doute pu être un peu plus ambitieux, mais comme nous étions trois, 750g c'est déjà pas mal.
Il y a des boîtes de 8 onces toute prêtes, mais on peut aussi acheter de plus petites quantités, le monsieur pèse alors sur sa balance à l'ancienne, non sans avoir proposé au client de mettre d'abord son nez dans le bocal, puis met son papier en cône pour remplir un sachet plastique. J'avoue m'être contenté de quelques mélanges maison, sans me préoccuper trop du reste, ni des pipes disponibles, même si les images permettent d'avoir un aperçu de la richesse du choix proposé.
Alors que les cigarettes sont hors de prix (11$ le paquet, mais j'ai voulu en ramener un d'American Spirit noires, celles avec du Perique), les tabacs de la maison sont autour de 4$ l'once, c'est un péché plus raisonnable.
Au passage, puisqu'il y a des amateurs ici, j'ai essayé dans le quartier italien de North End de trouver des Toscani, ma boîte était finie : pas vu, mais à la place des Parodi ammezzati, de production états-unienne (Avanti cigars, Dunmore, Pennsylvanie), faits de Kentucky fire-cured ; format de Toscanello, même aspect sec et noueux, même odeur un peu goudronnée à froid, à fumer un poil moins de caractère mais ça fait un substitut très honnête. Alors que se préparait la fête de Sta Agrippina, j'étais bien dans le ton..
Et toujours dans le quartier italien, dans la merveilleuse épicerie Policari où on en prend plein les narines, il y avait un bocal de Pipette en réglisse ; je n'ai pas pu résister à une photo. (Bruno)

Vous devinez au pas de porte que l’endroit vous accueillera comme il se doit. Une fois entré, vous êtes accueilli par un Monsieur fort sympathique qui s’excuse de ne pas être le maître des lieux, mais qui se propose d’occuper votre marmaille avec du chocolat, de manière à vous laisser profiter de l’instant... Ô joie.
Les pipes en vitrine ne font pas tellement plus envie que cela. On y trouve des choses assez banales à mon sens. Ce n’est pas là que votre bonheur se trouve... Mais dans l’énorme quantité de tabacs maison que l’on peut sentir à loisir... Il y a bien entendu un nombre bien grand de tabacs internationaux, de ces tabacs que l’on ne peut pas avoir chez nous. Mais le plus réside bien dans ces boîtes à peinture de 8 onces.
Fidèle à ma liste d’achat, je me retrouve à dégainer ma CB pour repartir avec trois jolies boites jaunes.
Du Royal, du Taschkent et pour le plaisir un cake de Virginia Burley, le number 8 slice, dont j’ai lu des commentaires intéressants sur tobaccoreview et qui m’a plu au nez. En partant, le Patron des lieux, venu entre temps à la rescousse pour me « faire » la boîte de Taschkent spécialement pour moi, me donne le droit de me bourrer une pipe de London. Ne vous y trompez pas, ce flake, fumé le nez au vent dans le park avoisinant, n’est en rien un anglais. Je veux dire par là qu’avec un nom pareil, je m’attendais à du latakia. Mais, avant de bourrer ma Morel dédiée au Virginia Perique, j’ai bien pris soin de faire préciser la contenance de ce London... un pur VA/PE. Je ne peux pas vous dire si je l’ai aimé parce qu’il était unique dans un moment unique ou s’il a des qualités intrinsèques. Mais je peux vous affirmer que tout voyage dans ce coin MÉRITE un détour dans ces lieux. (sooafran)

CHICAGO

Iwan Ries & Co

19 S. Wabash Avenue
Chicago, IL 60603
800 621 14 57

Mon petit séjour hivernal et studieux aux Etats-Unis m’a donné la possibilité de faire une visite éclair chez Iwan Ries. Les conseils des FdP se sont une fois encore avérés fort justes.
Chez Iwan Ries le fumeur de pipe, comme le fumeur de cigares d’ailleurs, se sent chez lui.
La boutique est située dans une « petite » rue parallèle de la Michigan Avenue, au deuxième étage d’un bâtiment qui extérieurement ne présente aucun attrait particulier.
Arrivé au deuxième, changement radical d’ambiance. Le visiteur se trouve d’un coup plongé dans l’ambiance d’une boutique du milieu du vingtième siècle. Du bois, lumière modérée, des rayonnages pleins de tout ce qui fait le bonheur du fumeur. Des pipes, des tabacs, des cigares et toute la petite quincaillerie pour faire le meilleur usage possible de l’herbe à Nicot.
En plus de l’ambiance, il y a l’odeur… oui oui, c’est bien un cigare que le vendeur tient entre ses doigts, en tire encore une petite bouffée avant de s’approcher, avec un sourire franc et agréable et de demander s’il peut m’être utile.
Le reste de ma petite visite ne présente aucun intérêt. Je n’avais hélas guère de temps et c’est avec regret que j’ai quitté cette boutique, quelques boites de tabac dans un sac.
Si vous allez à Chicago, prévoyez du temps, pour pouvoir tranquillement flâner chez Iwan Ries. Entre le choix de pipes et de tabacs, il y a de quoi ravir les pécheurs que nous sommes.
En plus, vous ne serez pas stressés par des vendeurs empressés de vous en coller pour un max de dollars. Par contre, si vous en avez un portemonnaie bien rempli de dollars et de la place dans votre valise, vous ne peinerez pas à vider le premier et remplir la deuxième :-)
Pardonnez-moi pour la qualité des photos. Un appareil numérique pas terrible, une lumière délicate à maitriser et la manque de temps expliquent la piètre qualité des photos. En voici tout de même quelques unes, juste histoire de vous donner un peu envie… :-)
Bien à vos pipes (Renzo)

NEW YORK

Barclay-Rex

570 Lexington Avenue
NY 10022
212 888 10 15

C'est vrai que comparé au établissements Newyorkais Barclay-Rex n'est pas grand mais l'accueil lui, faisait preuve d'un grand cœur . En rentrant je remarque 2 vendeurs , un à droite pour les cigares un autre à gauche pour les pipes et leurs tabacs .Mais voila que je n'ai pas le temps de me diriger vers celui qui se tenait devant le mur de pipes que déjà un homme d'un certain âge m'accoste et me demande si je sais ce que je cherche et m'informe des "Deals" de la semaine, tous ca avec élégance et dans la bonne humeur. Si vous pensez que c'était un "sales pitch" vous vous trompez car les mots utilises par le vieil homme était simples et transparents , démontrant plus du plaisir qu'une simple volonté de vendre . Puis nous échangeons quelques mots et il me dirige vers celui qui se tenait devant le mur de pipes. -Il s'occupera bien de toi , me dit-il. Je serre la main du vendeur et lui dis que Brian de JR m'a envoyé ici. Il sourit et m'informe que Brian de JR est un client régulier et qu'il vient même 2 fois par semaine fumer sa pipe dans le petit lounge en arrière-boutique. Directement nous nous sommes parlé franchement comme entre amis .Faut dire que le fait que la civette soit presque vide et que je sois arrive en fin de journée a beaucoup joué sur le côté détente.

Petite parenthèse parce que le but de ce fil est quand même de savoir ce qu'ils proposent donc:
Cote pipes vous trouverez sur le mur en question toute une sélection d'Italiennes allant de Savinelli à Castello en passant par Il Ceppo , Mastro de Paja, Ser Jacopo etc. En vitrine ils ont soigneusement placé les Dunhills et les Stanwell . Puis un peu plus vers l'intérieur on trouves des Peterson's et Chacom (oui oui, from the historic town of St-Claude…they're great, il me dit) et des pipes en écume. Sur ce même mur mais plus en hauteur sont entreposées les boites de tabacs. Une boite par mélange le reste est en arrière-boutique a cause du manque de place. Vous y trouverez en grande majorité les marques suivantes : McClelland , Orlik , McBaren , Esoterica (mais pas le Penzance ni le Stonehaven),Peterson's, McConnell ,Stanwell, Solani ,Erinmore,Captain Black et quelques boites de GLP et C&D ,Balkan Sasieni et les mélanges typiquement Americains du genre Prince Albert ,Carter etc., etc. Mais ne partez pas sans avoir pris une boite de leurs mélanges maison car je pense avoir trouvé un mélange Va qui ressemble beaucoup au Blackwoods mais sans le gout prononcé du ketchup.

Mais ce n'est pas tout car âpres avoir acheté 2 Mastro de Paja , une boite de Frog Morton et le mélange maison que je viens de décrire, le vendeur me propose gentiment de le suivre dans l'arrière-boutique pour découvrir un salon de dégustation . Il m'installe dans un confortable fauteuil de style Chesterfield et le vieil homme déjà présent (j'apprend en discutant avec lui que c'est en faite le propriétaire) me demande ce que je veux boire.."Un double Double Black" dis-je en hésitant un peu mais l'atmosphère amicale et naturelle me met a l'aise et pour tous vous dire j'ai quitte la civette 1heure et demie plus tard avec en plus une boite de NUB 464 Torpedo .Un régal.

Mise à part le service impeccable les prix sont quand même plus chers que sur le net .Les tabacs sont entre 12$ et 16.5$ et les pipes en revanche je pense les avoir payé moins cher mais ils faisaient partie d'un "Deal" donc ca ne compte pas, pour le reste des pipes en magasin , il est vrai qu'elles étaient bien plus chers.
Bref je recommande vivement. (Olivier)

De La Concha Tobaccoonist Davidoff of Geneva Since 1911

1390 avenue of Americas, (entre 56 et 57 ème)
NY10019
212 757 31 67

Ces appréciations remontent à l'époque où le magasin n'avait pas encore été racheté par Davidoff...

On y fume des cigares dans de confortables fauteuils. Et les vendeurs y sont parfaits en tous points...Gros choix de GLP et de tabacs maison (Barbu fumeur de pipe)

boutique très agréable, l'accueil est sympathique et les cigares fabriqués pour eux à Miami par un torcedor de Cuba sont excellent avec un rapport qualité/prix impressionnant me semble-t-il. On peut fumer et prendre un café sur place. (Jadorth)

Nat Sherman

12 E 42nd St
NY 10017
212 764 50 00

Je n'avais pas le temps de tout admirer mais c'est très classe, incontournable. On peut y fumer. Je n'ai vu ni des tabacs McLelland ni des GLP mais Nat Sherman a beaucoup de choses... (Jadorth)

J’avais vu l’adresse dans les liens du site. Aussi, quand l’occasion s’est présentée d’aller quelques jours à New-York la semaine dernière, je n’ai pas hésité : le deuxième jour (le premier, il était quand même normal de montrer à la famille la statue de la liberté…), direction la 5e avenue et le magasin de Nat Sherman.
Première constatation : le magasin n’est PAS sur la 5e avenue. Il est au coin de celle-ci, direction est, sur la 42e rue. A côté d’un McDonald’s. L’extérieur est charmant : un seul étage, ce qui à New-York est assez peu courant. Mais le meilleur se trouve à l’intérieur… Lequel est superbement agencé, pour l’amateur de pipes mais aussi de cigares. D’ailleurs, lorsque j’y suis passé, le vendeur et la vendeuse avaient l’un et l’autre un superbe barreau de chaise à la bouche ! Mais en ce qui concerne la déco, je pense que la photo jointe à ce post sera plus évocatrice que mes mots. Oubliez simplement le clown en manteau rouge au milieu, merci !

Accueil : charmant. Le vendeur ouvre les grandes jarres de mélanges maison et m’invite à y plonger le nez. A ma demande de virginies, il m’explique modestement qu’il est plus cigare que pipe, mais que tel, tel, ou tel m’intéressera sans doute. Et d’ajouter : « bien sûr, si vous voulez essayer, servez-vous ! Bourrez votre pipe, ou même vos pipes si vous en avez plusieurs sur vous, et allez-y ! Ici, on a la droit de fumer ». Devant mon étonnement sur ce point (NY est comme Paris, hélas : il est impossible d’y pétuner au chaud…), il m’explique que :
1/ Il est permis de fumer dans les commerces où le tabac représente plus de 70 % du chiffre d’affaires;
2/ Nat Sherman existe depuis 1930 et qu’en conséquence, les lois passent, Nat Sherman reste…
Après avoir longuement humé, testé, re-humé, je me suis fixé sur trois choix (mais je vous joins le menu complet !) :
Mélange 201 : virginia flake, assez vinaigré à l’odeur, et très proche (y compris en fumage), d’un McClelland. Au point que je me demande si… Délicieux, mais à émietter soigneusement.
Mélange 205 : le même, mais avec du Perique. Plus piquant, bien sûr, mais très agréable aussi (au risque de passer pour bizarre, j’adore le parfum vinaigré (ketchupy, disent les américains) des McClelland).
Mélange 580 : virginie émietté (ready rubbed) avec un arôme de vanille. C’est celui que j’ai le plus fumé à NY, car plus facile à bourrer et à allumer en pleine rue. Je ne suis pas fana des aromatisés, mais celui-là a parfaitement tenu le test de tabac « pour toute la journée », qui plus est dans les deux seules pipes que j’avais emportées : une lovat Wessex, et une autre lovat sans nom que je venais d’acheter en estate sur le site de Marty Pulvers (partie d’un lot de 4 pour 25 $, j’ai honte tellement le rapport qualité-prix de ces pipes est fabuleux…). Depuis mon retour, je l’ai plusieurs fois fumé mélangé avec du scaferlati caporal, le gris version corse (encore merci, Jacques !) : excellent !
J’ai aussi acheté une petite maïs, mais j’ai résisté aux pipes en vitrine, y compris aux « Big Apple », produits maison, pourtant pas chers du tout (30 $). Acheté également pour un ami deux paquets de cigarettes « maison ». Même tabac, si j’ose dire, que pour la pipe : j’en ai essayé quatre ou cinq variétés, comme on dégusterait du vin ; allumage, deux trois bouffées, on écrase et on passe à autre chose.
Résultat des courses : 80 dollars pour 12 onces (340 g) de tabac, une maïs, et trois paquets de cigarettes. Avec en prime 20 boîtes d’allumettes et une trousse de maquillage pour mon épouse (cadeau de la maison pour la St Valentin). Et surtout, l’ineffable plaisir d’être traité comme un prince, ce qui se fait rare de nos jours… Et enfin d’avoir quelques très bons tabacs de plus à la maison.
Bilan : pour paraphraser le Michelin, je ne dirais pas « vaut le voyage » : NY est quand même un peu loin pour un francilien, et je réserverai donc en ce qui me concerne cette mention à JPP à La Louvière. Mais assurément « vaut le détour »… et à ne pas manquer si vous êtes de passage à NY ! (flake)

Rien à ajouter à ce qui a été dit, c'est l'endroit où aller à New York pour la pipe. Les blends maison sont très attrayants (j'ai pris du City Island Dawn, sur les conseils de madame), le service est impeccable, bref une très bonne adresse.

OK Cigars

383 W Broadway (between Broome St & Watts St)
NY 10012
212 965 90 65

C'est l'endroit que j'ai trouvé le plus sympa, il y a juste deux ou trois fauteuils dans sa cave, pas de chichi mais une grande convivialité, il ne vend que des cigares par contre...un autre détail intéressant c'est que cette minuscule boutique se trouve dans le bâtiment de l'ancienne fabrique 'Lorillard' et elle regorge d'antiquités (bibelots et affiches surtout) en relation avec le tabac.
Quand à fumer dehors à NY, on peut se demander si le nouveaux maire sera moins féroce pour les fumeurs de tabac que le tyran Bloomberg. Un avantage évident de la pipe c'est qu'on peut assez facilement la mettre en poche si on voit se pointer 'the cops' quand on est en flagrant délit dans les parcs et jardins.
Peut-être qu'un jour il faudra leur dire que c'est du cannabis pour être à l'abri...avec le maire de Toronto qui se fait filmer en fumant du 'crack' on en est pas loin...? 'Sextant' dans Winslow crown viking...miam... (Jadorth)